• Accueil
  • La mobilité comme service (MaaS)
Mobility as a service MAAS

La mobilité comme service (MaaS)

Opportunité économique importante et redéfinition des modes de transport en vue

À l’heure actuelle, les consommateurs de transport sont généralement très attachés à des modes de transport spécifiques avec lesquels ils ont plein contrôle. Sans critiquer l’auto en solo, 95 % du temps, les gens ne conduisent pas leur voiture. N’avons-nous pas la capacité d’optimiser ce temps de latence important ?

La MaaS (Mobility as a service)  est une tendance globale, dérivée des principes de l’économie collaborative. La question centrale demeure de répondre aux besoins des utilisateurs (qui deviennent de fait des consommateurs) de la manière la plus optimale qui soit.

Si nous tentons de donner un exemple que tout le monde comprendra, nous pouvons utiliser le suivant : un véhicule est utilisé en moyenne 5% du temps. Cela signifie que nous pourrions, avec une plateforme de gestion et des données adéquates, partager un véhicule avec une multitude d’utilisateurs-consommateurs de transport. C’est l’essence même du principe de la mobilité intelligente, et c’est pour cette raison que le Centre d’Incubation en Mobilité Intelligente de Laval (CIAMIL) pourrait y voir une opportunité aussi prometteuse de développement technologique. Utiliser les données utilisateurs pour permettre un usage optimal des moyens de transport redéfinirait les paradigmes du transport.

Un changement de culture s’opère chez les milléniaux, induit par la conscience de moyens limités, le constat d’échec de nos modèles de transport actuel et une certaine conscience de l’impact écologique des déplacements. Ceux-ci cherchent de meilleurs moyens de se déplacer sans avoir à s’approprier un moyen de transport solo. Ils comptent sur le collectif pour acquérir les moyens de transport et ne veulent pas se retrouver gestionnaires de biens.

Il est à prévoir que les déplacements deviendront, dans l’intérêt économique, logistique et écologique, des services offerts plutôt que des biens acquis. À partir de l’achat classique de biens qui servaient à se déplacer, nous allons en venir à acheter le déplacement comme tel.

Nous ne sommes pas si loin d’une époque où la facture de transport sera considérée comme une facture de service de transport, plutôt qu’un tarif d’acquisition de biens automobiles. Nous passerons de propriétaires à consommateurs et utilisateurs de réseaux de transports. Il ne serait d’ailleurs pas surprenant que les principes directeurs du transport en commun deviennent les principes directeurs de tous les types de déplacements. Avec les métadonnées de déplacement disponibles, la gestion à la seconde près des déplacements ne relève plus de l’utopie. La science derrière la mobilité intelligente est bien vivante et étayée, qu’il suffit d’entourer d’entrepreneurs et de chercheurs prêts à la déployer pour le bien du public.

À l’heure actuelle, les consommateurs ont besoin d’une voiture, car dans bien des cas, l’offre de transport en commun n’existe pratiquement pas. Cependant, lorsque nous mettrons à la disposition de ceux-ci des services accessibles, la mouvance de transition s’activera par elle-même, puisque les coûts fixes d’un véhicule sont suffisamment élevés pour que le consommateur observe immédiatement les autres options disponibles. Ajoutez à ce constat la congestion occasionnée par la non-optimisation des déplacements et l’étalement urbain, vous obtenez une recette parfaite pour une transition vers la mobilité comme service, très rapidement.

Nous en viendrons à offrir des déplacements plutôt que des moyens de transport. L’harmonisation des moyens de transport à travers une plateforme de service ouvrira les portes de l’intermodal et du tarif universel de transport. Plus l’intégration des différents modes de transport se fera avec efficacité et efficience, plus les déplacements s’en retrouveront facilités par les outils de mobilité intelligente.

La collectivisation du transport deviendra incontournable au cours des années à venir. Pour que nos réseaux de transport soient fonctionnels, l’innovation en transport et l’optimisation fine des déplacements sont nécessaires, et génèrent une opportunité économique sans précédent. Plus les transports seront optimisés, moins le besoin d’acquérir un bien de transport sera justifié pour le consommateur. Les opportunités de développement de plateformes, de hub (plaques tournantes) de mobilité intelligente sont déjà nombreuses, et nous jouissons, ici même à Laval, d’une administration qui confère une importance aux outils de mobilité intelligente, via le CIAMIL.

VOTRE ENTREPRISE A UNE SOLUTION INNOVANTE À PROPOSER AU CIAMIL? CONTACTEZ-NOUS POUR EN DISCUTER!

Les défis de mobilité sont nombreux, et nous comptons sur les entrepreneurs régionaux et nationaux pour alimenter les administrations locales en idées et en moyens concrets de répondre à cet impératif de mobilité urbaine. Nous croyons aussi que l’innovation en mobilité passe par des partenariats avec les grandes institutions et les spécialistes en mobilité, qu’ils soient en ingénierie, en urbanisme, en logistique et en gestion des métadonnées. Faites partie du mouvement! Appuyez le Centre d’Incubation en Mobilité Intelligente de Laval (CIAMIL)!

Mots clés: , ,